Visite d’Etat dans la Marahoué/ Le Chef de l’Etat annonce des infrastructures sanitaires de plusieurs milliards FCFA.

Le Président de la République séjourne dans la Marahoué (Bouaflé) du 23 au 26 septembre, dans le cadre d’une visite d’Etat dans cette région, marquant la fin du périple qu’il a initié au lendemain de sa victoire. Ce mercredi, lors du point de presse à l’issue du Conseil de presse hebdomadaire délocalisé dans cette région, il a annoncé la construction de plusieurs infrastructures sanitaires d’un coût global de cinq (05) milliards FCFA.

L’annonce a été faite par le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, porte-parole du Gouvernement qui a annonçait ainsi les grandes décisions arrêtées par le Gouvernement ; des décisions qui visent à améliorer les conditions de vie des populations.

Ces réalisations vont porter sur la construction d’infrastructures sanitaires dans les districts sanitaires de la région, mais aussi à relever les plateaux techniques centres de santé existants.

Le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du Gouvernement a annoncé, mercredi 23 septembre, 2020, à l’issue du Conseil des ministres qui s’est tenu à la préfecture de Bouaflé, la réalisation de plusieurs infrastructures sanitaires pour la région de la Marahoué à hauteur de 5 milliards FCFA.  

Le porte-parole du gouvernement a également annoncé le renforcement du dispositif sécuritaire dans la région, en vue de lutter efficacement contre le grand banditisme dans cette région aux potentiels économiques énormes.

Le porte-parole du Gouvernement a noté que la région, outre son économie portée par l’agriculture, le secteur minier annonce de bonnes perspectives économiques pour la région. « Le secteur minier est porteur d’espérance », s’est-il réjoui.

Outre ces projets, le porte-parole du Gouvernement a noté que des réalisations conséquentes ont été faites dans la région. Par exemple, neuf (09) châteaux d’eau et deux (02) unités de traitement d’eau dans chacun des départements ont été réalisés dans la région, ce qui a permis de relever le déficit d’eau dans la Marahoué qui était de 73% en 2011. Des salles de classes (125) ont été construites  dans la région en vue de favoriser l’accès à l’école des enfants de la Marahoué.

Le Chef de l’Etat a procédé à la mise sous tension du village de N’gattakro, le mercredi 23 septembre.

La région de la Marahoué dispose de trois unités industrielles dont SOLIBRA qui fait sa fierté à tous égards.

Le Président a foulé le sol de la Marahoué, Bouaflé, mercredi 23 septembre, 2020, pour un séjour de quatre (04) jours.

Visite d’Etat dans la Marahoué/

Présidentielle : Le gouvernement  maintient la date du 31 octobre.

Dans le cadre de la visite d’Etat dans la Marahoué, le gouvernement a tenu son Conseil des ministres hebdomadaire, le mercredi 23 septembre, 2020, à la Préfecture de Bouaflé, hors de sa base habituelle du Palais présidentiel du Plateau. L’on retient de cette rencontre au sommet de l’Etat que la date de l’élection présidentielle prévue à la date du 31 octobre reste inchangée.

Face à la presse, le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, par ailleurs porte-parole du Gouvernement, a tenu par rassurer les Ivoiriens quant à la tenue du scrutin présidentiel à bonne date : le 31 octobre 2020. La date de la tenue du scrutin, à en croire le porte-parole du Gouvernement est consacrée par le Constitution de 2016. Il est donc plus que nécessaire de respecter l’esprit de cette constitution. Vouloir aller contre l’une des recommandations de notre loi fondamentale, c’est tuer l’esprit de la démocratie, a dit, entre deux mots, le porte-parole du gouvernement. Mieux, il s’insurge contre certains politiciens qui militent pour un report des élections. A l’en croire, on ne doit pas aller d’exception en exception.

« Les exceptions tuent l’esprit de la démocratie », s’est-il voulu clair sur la question du report du scrutin du 31 octobre, une des volontés de certains opposants. Avant de rassurer l’ensemble des Ivoiriens. « Les élections auront lieu le 31 octobre, 2020 », a-t-il brisé leur rêve.

Ce point de presse a servi de cadre au porte-parole du Gouvernement de rappeler que les Ivoiriens aspirent à la paix, à la stabilité, des vœux chers qu’ils ne voudraient perdre sur l’autel des querelles politico-politiciennes. « Les populations ne font que subir les effets des querelles des politiciens », a-t-il déploré.

Rappelons que le dimanche 20 septembre, 2020, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, parlant au nom d’une plate-forme de l’opposition, a appelé les populations à la désobéissance civile. Pour, disent-ils, amener le gouvernement à réunir les conditions idoines pour la tenue d’élection libre le 31 octobre 2020.